Le Bambou ! Solution miracle

SPEAK YOUR MIND

En février 2004, une étude de trois scientifiques néerlandais a comparé différents matériaux de construction conventionnels – acier, ciment et bois- avec le bambou. En plus des performance techniques, les aspects écologiques et financiers ont été étudiés dans le cadre de construction réalisées en Europe de l’ouest. Ils concluent qu’en prenant un minium de précautions, le bambou est le matériel de construction le plus écologique,  tout à fait compétitif vis-à-vis des autres matériaux classiques. Les performances du bambou comme matériel de construction s’expliquent simplement par sa structure naturelle. Des entre-nœud pleins, une structure creuse, des fibres longitudinales, l’absence de nœuds,  lui permettent d’avoir des performances mécaniques supérieures au bois, à masse et/ou volume égaux.

La densité du bambou varie de 500 à 800 kg/m3. Ses propriétés mécaniques différent en fonction de l’espèce, l’âge (optimum à 3-4 ans), les conditions pédoclimatiques, l’humidité des cannes, et de leurs longueurs. Mais dans tous les cas, les propriétés mécaniques du bambou, soumit à une force de compression ou de tension, sont excellentes. Il est aussi résistant que le bois, et des espèces sont plus résistantes que le Shorea robusta, et le Tectona grandis (Sattar, 1995) Des données de laboratoire concernant sa résistance ont été publiées par Purwito, en 1998 : Résistance à la tension : 1000 à 4000 kg/cm² Résistance à la compression : 250 à 1000 kg/cm² Résistance à la flexion : 700 à 3000 kg/cm² Modulus d’élasticité : 100.000 à 300.000 kg/cm²

Le bambou est plus performant que le graphite si on le considère du point de vue ratio poids/résistance. La Nasa a étudié ses propriétés en vue d’éventuelles utilisations spatiales. Le bambou est flexible, mais il est dur, car il contient une forte teneur en silice. Il n’est donc pas étonnant que son surnom soit l’acier vert.

Un des avantage environnemental du bambou est le peu d’énergie nécessaire à sa production et son utilisation. Une comparaison de la balance énergétique (l’énergie nécessaire pour produire une unité de matériel de construction avec un même niveau de capacité à supporter une charge, exprimée en MJ/m3 par N/mm²) de différents matériaux est TRES largement favorable au bambou : Ciment : 240 ; Acier : 1500 ; Bois : 80 ; Bambou : 30

Il faut donc 8 fois moins d’énergie pour créer un bâtiment en bambou, qu’en ciment, pour une même capacité. Et 50 fois moins qu’un bâtiment en acier (Roach 1996).

Cet énorme avantage s’explique tout au long de son cycle de vie : Sa culture ne nécessite pas vraiment d’intrants agricoles (engrais, traitements phytosanitaires, qui nécessitent beaucoup d’énergie pour leur production et utilisation), et sa récolte est manuelle. Son transport et sa transformation ne nécessitent pas de grosses machines, consommatrices d’énergie.

Une structure en bambou peut durer facilement 30 ans, en ayant était convenablement traitée lors de sa conception. Mais cette durée de vie est beaucoup plus longue en entretenant la structure (comme une maison en bois), et en remplaçant, le cas échéant, des éléments qui auraient été endommagés.

Le faible poids du bambou, et sa relative élasticité, en font un excellent matériel de construction en zone sismique. Gutierez (1998), rapporte le cas de 30 maisons en structure bambou, qui ont résistées sans problème à un séisme de magnitude 7,6 au Costa Rica, alors que la plupart des édifices en béton armé, eux aussi construit prêts de l’épicentre, se sont effondrés, ou ont été gravement endommagés.

L’écologie même du bambou représente un avantage environnementale. La croissance rapide, et donc sa capacité a se régénérer, en font une ressource renouvelable.  On a constaté qu’une bambousaie de 70 ha permet la construction de 1000 maisons par an(programme en cours au Costa Rica). Sachant que les cannes de bambou sont matures pour être utilisées en construction quand elles ont 3-4 ans, il n’y a pas de mise à nu du terrain, avec les risques d’érosion quasiment inévitable dans le cas d’une exploitation forestière classique.

Si ces maisons devaient être construite en bois, il faudrait CHAQUE année récolter … et donc détruire, 600 ha de forêt. Il existe souvent des programmes de reforestation, mais le plus souvent avec des essences différentes, à croissance plus rapide (mais au moins 15 ans) , ou on assiste à la mise en place de culture industrielle pour produire des biocarburant (palmier), ou la forêt cède sa place à des monocultures (soja) ou à de l’élevage extensif … jusqu’à épuisement des sols. La structure fibreuse du bambou permet de constater des contraintes trop importantes, et laisse le temps pour une réparation ou une consolidation, avant une éventuelle rupture.

EROSION Un écosystème riche en bambou est moins sujet à l’érosion. Il permet de renforcer les berges des rivières, de limiter les glissements de terrain, grâce à son système racinaire très développé sur les 60 premiers centimètres de sol. Il peut être utilisé comme phytoremédiateur[1] Combiné avec une litière végétale importante mais perméable (feuilles étroites), on estime que 25% de la pluviométrie pénètre dans le sol, soit le double que pour une forêt d’arbres feuillus. Le bambou est une plante pionnière, et peut être plantée sur des sols endommagés (après surpâturage, ou des pratiques culturales destructives. Et surtout sa récolte, réalisée de façon raisonnée, en ne coupant que les tiges matures de 3-4 ans, ne porte aucune atteinte au système de la bambousaie. La préservation des Forêts Tropicales humides. Le bambou est un des matériau de construction particulièrement résistance, et il peut ainsi se placer en bonne position comme substitue aux essences rares d’arbres, naturellement dures et résistantes au attaques d’insectes, mais qui sont TRES lentes à poussées, et qui lorsqu’elles sont exploités, sont vouées à disparaître. Au Costa Rica, 1000 maisons en bambou sont construites chaque année avec du bambou qui proviennent d’une seule et même plantation de 60 hectares. Si ce projet devait utiliser du bois, il faudrait couper 500 hectares de forêt, qui mettraient plusieurs dizaines d’années, au minimum, pour se régénérer. La biomasse (la quantité de matière organique produite grâce à la photosynthèse des plantes vertes, qui convertie le CO2 et l’eau de l’atmosphère, en oses –sucre type cellulose, glucose …- et en oxygène, grâce à l’énergie du soleil. La respiration étant le phénomène inverse, les sucres sont oxydés, ou « brûlés », en présence d’oxygène, ce qui produit de l’énergie, et libère du CO2 et de l’eau), d’une bambousaie augmente de 10 à 30% par an, contre 2 à 5 % pour une forêt. Une action rapide et efficace de compenser des émissions de CO2 serait donc de planter des bambous.

Mais le bambou n’est pas la solution unique à tout les problèmes du monde, ni même en se limitant aux problèmes environnementaux. §  Tout d’abord il n’y a pas deux bambous qui sont identiques. S’il est usiné pour en faire des poutres aux dimensions standardisées de lamellé collé, le problème est résolue mais quand il est utilisé dans son intégrité, pour profiter au maximum de ses qualités naturels, il y a des problèmes de jointure. Il faut ainsi faire appel à une main d’œuvre avec un savoir-faire spécifique, différent du travail du bois traditionnel. §  Le bambou est aussi utilisé pour la production de papier (80% de la production indienne), de textile. Une mauvaise gestion de cette ressource peut entraîner des risques de déforestation. La Colombie[2], un des pays réputés pour ses constructions en bambou, ne compte que 40.000 ha[3] de bambousaie. Mais c’est suffisant, car il suffit de 100 m² de bambousaie pour produire CHAQUE année la structure porteuse d’une maison de 100 m², et seuls les cannes âgées de 3-4 ans sont coupées. En Chine, des bambousaies sont entièrement coupées chaque année pour exploiter les fibres[4] du bambou, sans tenir compte de l’âge des cannes. Celles-ci poussent chaque année de façon spectaculaires, mais uniquement si le rhizome de la plante, une grosse tige souterraine, est suffisamment alimenté par les feuilles des cannes. Si ce n’est plus le cas, la production diminue rapidement et en quelques années le bambou meure.

L’utilisation de structures préfabriquées va dans le sens d’une préservation accrue de l’environnement. En effet, elle permet de limiter les transports : aussi bien de matériel brute, que des ouvriers en charge des constructions.  La rapidité du montage de kits préfabriqués est aussi intéressante d’un point de vue économique. Une usine de fabrication de maisons préfabriquées en bambou, placée dans un milieu riche en bambou, permet de faire travailler un nombre important de personnes localement. Contrairement aux chantiers forestiers, qui doivent toujours bouger pour couper des arbres âgés de plusieurs dizaines d’années, les ouvriers qui collectent le bambou sont sédentaires : économie de temps, de pollution lié aux transports, maintient du tissu social.

[1] La phytoremédiation est un ensemble de technologies utilisant les plantes pour réduire, dégrader ou immobiliser des composés organiques (naturels ou de synthèses) polluants du sol, de l’eau ou de provenant d’activités humaines.

[2] Seul pays avec des bambousaie homologuées FSC, label international de qualité sur l’origine et le mode d’exploitation des forêts.

[3] 10.000 m²

[4] production de papier, textile, panneaux d‘aggloméré et contreplaqué

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *